Pages

jeudi 31 décembre 2015

...

Dans ce rêve inouï

On me mettait en terre
sans boite de bois
c'est ton corps qui était mon matelas
d'os tout propres
je me décharnais vite et
bientôt nos côtes, mon père, s'imbriquaient
maladroitement se coinçaient
pour un temps commun de nos distinctes métamorphoses

j'y mourais heureux











Plus qu'un souvenir au travers du fin filet
troué
émail craquelé
votre peau en autant d'
îlots de désirs neufs

Votre présence phréatique m'assaille
doucement
est-ce vous qui m'apporterez
le surplus de vie qui me manque

Corps sans corps par qui je fus transi
tremblant suffoquant asphyxiant
heureusement
cet automne







lundi 14 décembre 2015

Laissez-nous dormir


DrapeauGrisPax_Forêt.jpg














Laissez-nous dormir
dans l'ombre transparente de notre profonde ignorance
Ignorants de soi
ignorants des savoirs qui nous semblent
à vue de nez
des tortures inutiles


Au bord des précipices de calcaire
nos esprits s'envolent
plus loin encore – il nous semble –
que vos savants mirages
– correctifs que vous voudriez apporter à nos vertiges intimes qu'il ne vous sera pas possible d'entrevoir
Nous n'avons pas lu tous les livres et nos chairs se réjouissent

vendredi 11 décembre 2015

Black Flag




Accrochés à mes semelles
mes drapeaux noirs traînent
– haillons doux comme des mouchoirs

Mes rêves enfantins demeurent
des brasiers incultes
dans chacun de mes chagrins
– fertiles

La hampe de mes pinceaux
ne recherche pas vos verticales incommodes
je trace des bulles élastiques décoratives
– pauvres koï
où s'entrevoient quelques idéals simplistes
– reflets d'une nature mortellement belle

Longtemps j'ai cru à une maladie incurable
puis j'ai cessé de lutter contre
vos autorités
– alors même l'Hôtel des impôts
m'avait oublié

Chien aimant
bravant mon instinct de solitaire
vos familles et vos patries toujours
encore attentent à mon existence